The Métropolitain

L’Europe et le « Parti d’Allah »

Par Amb. Freddy Eytan le 16 février 2013

Le Hezbollah a été créé en 1982 juste après la Première guerre du Liban. Plus de cinq mille Iraniens membres des « Gardiens de la révolution »  se sont installés dans la région de Baalbek au Liban pour « remporter la victoire d’Allah ». L’idéologie est claire : la révolution islamique devrait s’installer dans tout le Moyen-Orient balayant ainsi les monarchies arabes et chassant les Sionistes de toute la Palestine et notamment de Jérusalem ! 

Pour aboutir à son objectif, le Hezbollah emploie des méthodes de terreur et de terrorisme contre des cibles occidentales, israéliennes et juives. Depuis 1983, le Hezbollah a enregistré des dizaines d’attentats spectaculaires, des prises d’otages, et des missions suicidaires à travers toute la planète.  

Rappelons pour mémoire : le 8 avril 1983, l’explosion d’une voiture piégée  devant l’ambassade des Etats-Unis à Beyrouth, 61 morts et 120 blessés. Le 23 octobre 1983, explosions de deux voitures piégées dans les casernes des soldats français et américains à Beyrouth. 239 Marines et 74 parachutistes français sont tués et des dizaines d’autres blessés ! Le 17 mars 1992, l’explosion de l’ambassade d’Israël à Buenos-Aires, fait 29 victimes et plus de deux cents blessés. Et deux ans plus tard, toujours dans la capitale argentine, une nouvelle explosion contre le centre communautaire juif tuant 85 civils et blessant plus d’une centaine. Et enfin, sans évoquer l’attentat contre l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, rappelons l’attentat meurtrier à Burgas, Bulgarie, contre 6 touristes Israéliens, le premier attentat du Hezbollah en Europe.  

Ces deux dernières années le Hezbollah a planifié de nouveaux attentats et grâce à la vigilance des services de renseignements ils ont tous été déjoués.    

Cette liste d’attentats n’est que partielle et pourtant certains pays européens dont la France hésitent toujours à désigner le Hezbollah « organisation terroriste ». Cette valse hésitation dépasse largement l’entendement ! Toutes les questions juridiques ou politiques soulevées par les Européens ne sont que prétextes ! Voilà plus de trois décennies que le Hezbollah est une organisation terroriste « par excellence » et l’Europe fait la sourde oreille. Actuellement, seuls l’Amérique, l’Australie et Israël affirment sans ambages cette vérité toute simple. Cependant, les Pays-Bas ont agi seul dans ce sens et la Grande- Bretagne considère que seule « la branche militaire » du Hezbollah est terroriste.  En février 2005, suite à l’attentat contre Rafic Hariri, le Parlement européen a voté une résolution indiquant qu’« une preuve claire existe sur les activités terroristes du Hezbollah ». Et pourtant, concernant l’attentat de Burgas la France rejette une requête  israélienne et refuse de voter au Parlement une résolution désignant le Hezbollah organisation terroriste. 

Nous constatons donc que l’Union européenne demeure divisée sur une question si grave au moment même où la France combat au Mali contre des organisations terroristes. Pourquoi ne pas appeler un chat un chat et également le Hezbollah chiite libanais, financé et entraîné par l’Iran : « organisation terroriste » ? Pourquoi toujours distinguer la soit- disant  branche politique avec la branche militaire, ne s’agit-il pas de la même organisation, du même commandement militaire ? Comment ignorer le chaos en Syrie et les milliers de milices iraniennes soutenant le régime de Bechar Assad et installées à nos frontières ? Par sa position passive l’Europe a-t-elle réussi à réduire les attentats commis par des chiites en soutanes ? L’Union européenne a-t-elle évité de nouvelles prises d’otages ? A-t-elle réussi à arrêter les révolutions islamiques suite au « Printemps arabe » ? A-t-elle sauvegardé l’indépendance et la souveraineté du Liban ? La FINUL au Sud Liban a-t-elle joué un rôle efficace contre la contrebande d’armes et les missiles déposés sous leur nez dans les villages chiites ?    

L’Europe devrait donc sortir de sa torpeur, changer de cap, et prendre une décision audacieuse  et non mercantile. Le Hezbollah devrait être mis au ban des nations. Les banques européennes devraient geler tous les avoirs et tout financement  iranien au Hezbollah, sinon c’est bien l’Europe qui deviendra la plaque tournante du terrorisme international, cette terreur religieuse aveugle et meurtrière orchestrée par le « le Parti d’Allah » !