Les vrais visages du Hezbollah et de Hassan Nasrallah

Par Amb. Freddy Eytan le 12 mai 2013

Jerusalem - Le dernier engagement d’Hassan Nasrallah d’aider la Syrie à libérer le plateau du Golan, et former une résistance populaire dans le cadre d’une « bataille pour la Palestine » intervient quelques jours seulement après la publication d’informations sur des raids massifs de l’aviation israélienne dans la région de Damas, et juste après la visite secrète de Nasrallah à Téhéran. 

Depuis la seconde guerre du Liban, déclenchée en juillet 2006, Nasrallah cherche en vain le soleil ; traqué par les services israéliens, il vit en effet sous terre tel un animal hypogé mais dans des conditions préférentielles de palace avec toute une technologie de pointe. A partir d’un bunker truffé d’armes, de munitions et de gorilles, il dirige sa milice, commande les opérations et prépare ses discours belliqueux. Ils sont enregistrés dans des studios improvisés et diffusés sur grand écran par la chaine locale du Hezbollah al Manar.

Nasrallah.jpgCachant toujours un flingue sous la soutane, vêtu du turban traditionnel, portant une barbe grisonnante et des lunettes d’intellectuel, Nasrallah est en fait un loup solitaire que nous ne devons ni ignorer ni prendre à la légère. Avec son air malicieux et cynique, ses anecdotes populaires et son esprit de synthèse, chacune de ses phrases est prononcée après maintes réflexions. Ses propos sont simples, généralement crédibles et illustrés par des métaphores et des citations coraniques. Orateur inné, manipulateur et populiste, il matraque des phrases bien articulés et calculés minutieusement. C’est en gardant toujours un sourire sournois aux lèvres ou en roulant des yeux furibonds que Nasrallah gagne le cœur des foules arabes, intimide les Occidentaux, et surtout fait peur aux Libanais. 

Depuis que son prédécesseur Abbas Mousaoui fut éliminé en février 1992, Nasrallah fait la pluie et le beau temps dans le pays du Cèdre et dicte l’ordre du jour politique. Au fil des ans il est devenu une grande vedette, la superstar de toutes les chaines de télévision de la région y compris celles d’Israël. 

Dans ce théâtre de l’absurde, on diffuse largement ses discours, on l’écoute attentivement, on analyse chaque texte, et chaque mot est étudié avec respect et vérifié sous la loupe, comme s’il s’agissait des bonnes paroles du prophète ou de l’approche du messie. 

Arrogant, irresponsable, et fort culotté, Nasrallah sait parfaitement jouer la comédie et il aime ça. Il est sans doute un fin connaisseur de la société israélienne et connaît notamment nos caprices et nos faiblesses. C’est pour toutes ces raisons que c’est homme est dangereux et devrait être mis en quarantaine, au ban de la société, et traduit en justice. La liste de ses « pêchés » commis est bien longue et sont tous des crimes contre l’Humanité.

Depuis la création de l’Etat juif nous nous sommes habitués aux diatribes et aux menaces de nombreux dirigeants arabes. Nasser l’Egyptien, Arafat le Palestinien, Saddam Hussein l’Irakien, ou Kadhafi le Libyen furent certes des ennemis impitoyables mais leurs discours étaient essentiellement basés sur le nationalisme arabe laïc, le panarabisme, et non pas sur la religion et le Coran. Nasrallah, lui, est à la fois un dirigeant Libanais, un ecclésiastique chiite, et un grand serviteur de l’Iran. Il jongle avec toutes les idéologies et les courants mais focalise son combat islamique contre Israël pour pouvoir voir un jour flotter l’étendard chiite sur les minarets des mosquées du Mont du Temple et sur tous les édifices de Jérusalem. 

Nasrallah dirige une puissante milice armée chiite installée à nos frontières, et il n’est sans doute pas une marionnette ! C’est là toute la différence avec les discours prononcés par les chefs arabes sunnites, et c’est pourquoi son idéologie, sa mégalomanie, et ses objectifs, troublent, effrayent, et donnent froid dans le dos! 

Depuis l’avènement des ayatollahs en Iran nous assistons à une montée en puissance de chefs chiites prétendant posséder le monopole de la vérité divine. Par la ruse, l’intrigue et la terreur, ils exportent une révolution puisée des tréfonds du Moyen Age.

Hassan Nasrallah fait partie de ces mollahs obscurs, ces « Gardiens de la révolution », ces tristement célèbres et cruels pasdarans assoiffés à la répression et aux opérations martyres. Comment considérer Nasrallah « homme politique libanais responsable et intègre » comme le décrit souvent la presse occidentale. Pourquoi n’est-il pas déjà inscrit sur la liste noire des terroristes intégristes de la planète. Et comment accepter qu’un voyou armé en soutane déstabilise une région entière et menace de combattre contre nous avec des armes sophistiqués et non conventionnelles, à savoir chimiques et atomiques. 

Si ainsi va le monde et l’indifférence occidentale gagne fortement les esprits, eh bien, Nasrallah et ses commanditaires iraniens doivent savoir qu’ils demeurent des cibles dans notre collimateur et que tôt ou tard ils seront sévèrement châtiés!


Commentaires

Veuillez vous connecter pour poster des commentaires.


Editorial Staff

Beryl P. Wajsman

Redacteur en chef et Editeur

Alan Hustak

Senior Editor

Daniel Laprès

Redacteur-adjoint

Brigitte Garceau

Contributing Editor

Robert J. Galbraith

Photojournaliste

Roy Piberberg

Editorial Artwork

Mike Medeiros

Copy and Translation

Val Prudnikov

IT Director and Web Design

Editorial Contributors
La Patrie