40 ans après la guerre de Kippour et 20 ans après les Accords d’Oslo : vérités historiques et réflexions

Par Amb. Freddy Eytan le 25 septembre 2013

Jerusalem, Israel - Le general Moshe Dayan ministre de la Defense declarait en avril 1973: « Je ne crois pas que dans les dix prochaines annees, une nouvelle guerre eclatera avec les Arabes ». La guerre de Kippour est declenchee brusquement quelques mois plus tard, et Dayan evoque dans une allusion biblique la fin du troisieme Temple. En depit de certaines informations alarmantes et d’un serieux avertissement du roi Hussein de Jordanie sur un eventuel conflit arme, les Arabes ont surpris Israel pour la premiere fois. En ce jour du Grand Pardon les Israeliens ont vu la mort en face !

La confiance aveugle des generaux, le mepris de l’adversaire apres sa forte humiliation lors de la guerre des Six Jours, et l’indifference du gouvernement face aux menaces eventuelles, ont plonge le pays dans un  mecontentement profond et une amere frustration. Ce fut « un tremblement de terre » qui nous guette jusqu’a ce jour, 40 ans apres. Pourtant, la victoire militaire fut acquise grace a notre foi inebranlable, notre courage, et notre solidarite exemplaire. Les combats acharnes menes avec brio par le general David Elazar ont stupefait tous les etats-majors etrangers. Apres 18 jours les chars de Tsahal n’etaient qu’a 101 kms du Caire et 40 kms de Damas !

La meconnaissance des intentions reelles de l’ennemi fut une nouvelle fois mise a l’epreuve, 2O ans plus tard, avec la signature des Accords d’Oslo sur la pelouse de la Maison Blanche.          

Le general Itzhak Rabin, heros de la guerre des Six Jours, avait signe ces accords  sans aucun enthousiasme, conscient qu’ils seront tot ou tard bafoues par Yasser Arafat. Pour illustrer son immense dilemme et les grands risques il evoquait comme metaphore le fromage de Gruyere…cet accord avait des manquements. Rabin a perdu la vie et fut assassine par un fanatique juif ! Un crime lache et abominable  mais qui helas n’aurait pas change le cours de l’Histoire s’il avait poursuivi son mandat jusqu’au bout ! Arafat est venu avec ses troupes de Tunis en triomphateur et nous lui avions permis de s’installer a nos portes sans reellement penser au lendemain. Manipulateur et ruse comme un vieux renard, Arafat nous a berces d’illusions mais en fait  souhaitait realiser son pieux reve en s’acharnant sur le va-tout de toute la Palestine ! Il aurait lance  son Intifada meurtriere meme si Rabin etait toujours au pouvoir. 

La gravite des accords d’Oslo reside dans la naivete sincere des dirigeants de l’epoque, et en particulier celle de Shimon Peres et Bill Clinton. Ils pensaient  que la page avec les Palestiniens etait definitivement tournee et que le Proche-Orient avait enfin change de visage. Ils avaient mis la charrue avant les b?ufs et dans ce TGV de la paix ils ont brule de nombreuses etapes sans s’arreter dans les stations de la reflexion et de l’evaluation des faits. Le ceremonial a eclipse la realite sur le terrain et les vagues d’attentats par des bombes humaines ont plonge les Israeliens dans l’insecurite, dans l’anxiete et le desespoir. 

La vision romantique d’un nouveau Proche-Orient idyllique et d’un marche commun riche et fructueux n’est helas pas pour demain.

En reprenant aujourd’hui le processus de paix avec les Palestiniens nous devrions toujours nous souvenir des deux evenements historiques qui ont bouleverse notre societe et la donne geopolitique. Chaque decision gouvernementale, pour la  guerre comme pour la paix, devrait etre minutieusement etudiee et reflechie exclusivement dans l’aune de nos propres interets. Dans le contexte historique du Moyen-Orient notre devoir est surtout de dissiper toutes les illusions et s’opposer farouchement aux utopies.  


Commentaires

Veuillez vous connecter pour poster des commentaires.


Editorial Staff

Beryl P. Wajsman

Redacteur en chef et Editeur

Alan Hustak

Senior Editor

Daniel Laprès

Redacteur-adjoint

Brigitte Garceau

Contributing Editor

Robert J. Galbraith

Photojournaliste

Roy Piberberg

Editorial Artwork

Mike Medeiros

Copy and Translation

Val Prudnikov

IT Director and Web Design

Editorial Contributors
La Patrie