Monmarquette au pays des extralucides

Par Pierre K. Malouf le 15 mai 2008

Avez-vous lu le rapport Monmarquette ?1 Moi si. Une brique de plus de trois cents pages, qui m’a tout à fait convaincu. Ne vous fiez pas aux commentateurs, surtout pas à votre humble serviteur, lisez le rapport. Vous le trouverez sur le net à l’adresse suivante :

 

www.gttsp.gouv.qc.ca/RapportFR_GTTSP.pdf

 

Allez-y tout de suite, je vous attends...

C’est clair, n’est-ce pas ? Que préférez-vous ? Une hausse d’impôt, une hausse de la TVQ, une hausse des tarifs ? Nous n’y couperons pas, les besoins sont trop énormes. Moi, mon choix est fait. La hausse des tarifs est la solution la plus efficace et la plus équitable. Les auteurs ne manquent d’ailleurs pas de défendre préventivement « les plus démunis » contre des hausses abusives qui pourraient les appauvrir davantage. « Tout le monde comprend ça. Le gros bon sens, comme on dit », écrit Michel Laliberté dans La Voix de l’Est du 11 avril. Du bon sens comme chez Mme Marois : « Je trouve intéressant ce qui est proposé. Je crois qu’on doit faire le débat » (La Presse,12 avril) ; ou François Blais, dans Le Devoir du 15 avril, qui exprime de sérieuses réserves, mais concède que Monmarquette, Facal et Laliberté font avancer le débat. Va pour un débat, mais que les choses ne traînent pas !

Hélas ! ce n’est pas tout le monde qui comprend le bon sens. Parcourez quelques blogues, vous en lirez des vertes et des pas mûres : « On veut encore nous faire payer ! » ; « C’est du néolibéralisme ! » ; « Ils vont bientôt nous proposer de tarifer le droit de vote ! » L’un, qui ne ne fait pas la différence entre un têtard et une libellule, est d’accord pour que l’on hausse les permis de pêche. Un septuagénaire n’a rien contre une hausse des frais de scolarité dans les universités. Une hausse des frais de garderies ça ne dérange pas Mlle Becsec, qui n’a pas d’enfants et ne veut pas en avoir. Qu’on paie l’électricité au prix du marché, M. L’Ermite s’en balance, il se chauffe au bois et s’éclaire à la chandelle. Que l’on installe des compteurs d’eau, peu importe à M. Boivin... Solidarité, quand tu nous tiens !

J’ai trouvé plus bête que ça dans Le Devoir du 22 avril : La pédagogie des Lucides, de Laviolette et Dubuc, SPéQuistes libres, qui étalent leurs fantasmes sur la place publique. Le titre constitue déjà une attaque ad personam, le reste est l’avenant. Je ne vais donc pas me gêner pour tronquer une pensée déjà sommaire. Ce que je ne cite pas ne vaut dailleurs pas mieux que ce qui suit : « Le travail est bâclé, la recherche est inexistante, et l’argumentaire frôle la fraude intellectuelle » ; « [...] il est bien connu que tarification et privatisation sont sœurs siamoises. »; « De toute évidence, la hausse des tarifs d’électricité [...] a pour objectif de préparer une privatisation d’Hydro-Québec. ».

L’« insistance à vouloir rattraper la moyenne canadienne » et à « n’utiliser comme comparatifs et sources d’inspiration que les pays anglo-saxons [...], c’est une drôle de perspective pour un souverainiste comme Joseph Facal qui vient de publier un livre [...] où toute son argumentation en faveur d’un Québec souverain repose sur le caractère distinct de la société québécoise. »

Laviolette et Dubuc ne seront libérés de leur allergie à tout ce qui est anglo-saxon que lorsque le Québec n’aura plus comme voisines que des contrées serbo-croates ou thaïlando-laotiennes. Dans le rapport Monmarquette, les exemples de la Grande-Bretagne, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande occupent une place très réduite, voire minime, mais c’est déjà trop pour nos deux soi-disant progressistes. Dès qu’un Torontois dira que la terre est ronde, le Québec devra se distinguer en affirmant qu’elle est plate ! Il est fait peu de cas du modèle finlandais dans le rapport Monmarquette ?

Les deux voyants consultent leur boule de cristal : « Pas assez anglo-saxon comme approche, peut-être ? »

Je n’irai pas par quatre chemins : les extralucides du SPQ libre     étant contre les propositions du rapport Monmarquette, il faut que ces dernières soient adoptées le plus tôt possible !

 

1 Mieux tarifer pour mieux vivre ensemble. Rapport du Groupe de travail sur la tarification des services publics.

Gouvernement du Québec, 2008.

Commentaires

Veuillez vous connecter pour poster des commentaires.


Editorial Staff

Beryl P. Wajsman

Redacteur en chef et Editeur

Alan Hustak

Senior Editor

Daniel Laprès

Redacteur-adjoint

Brigitte Garceau

Contributing Editor

Robert J. Galbraith

Photojournaliste

Roy Piberberg

Editorial Artwork

Mike Medeiros

Copy and Translation

Val Prudnikov

IT Director and Web Design

Editorial Contributors
La Patrie